01 85 08 16 94

Avocat divorce Paris 11e : Cabinet d’Avocats WOLFF & ZAZOUN-KLEINBOURG

Vous êtes à la recherche d’un avocat en droit du divorce dans le 11e arrondissement de Paris ? Spécialisé en droit de la famille, le cabinet Wolff & ZAZOUN – KLEINBOURG bénéficie des compétences de ses fondatrices : Maître Nathalie ZAZOUN KLEINBOURG et Maître Hélène WOLFF.

De par leurs expertises et leurs expériences, vos deux avocates sont en mesure de vous aider et de vous orienter quant aux démarches à suivre lors d’un divorce. Maître WOLFF et Maître ZAZOUN KLEINBOURG vous accueillent sur rendez-vous dans leur cabinet sis au 11 rue de Malte à Paris (75011) en vue de vous faire bénéficier de leurs compétences juridiques.

Vos deux avocates sont ainsi en mesure de défendre vos intérêts, de faire valoir vos droits, de vous représenter ou encore d’assurer la médiation.
 

Comment préparer un divorce ?

Fortes de leurs formations diplômantes ainsi que de leurs parcours professionnels riches en expériences significatives, vos deux avocates sont en mesure de vous offrir un accompagnement juridique effectif et adapté à votre situation.

Vos deux avocates s’engagent à vous conseiller et à vous avertir du déroulement de la procédure de divorce et de ses étapes ainsi que des enjeux familiaux, patrimoniaux, fiscaux et financiers.

Conscientes de l’importance des enjeux d’un divorce, Maître Wolff et Maître ZAZOUN KLEINBOURG sont en mesure d’offrir soutien et un accompagnement à leurs clients, quel que soit le type de procédure de divorce qu’ils envisagent d’entamer.
 

Quelle procédure de divorce choisir ?

De multiples raisons peuvent pousser un couple à entamer une procédure de divorce. La procédure peut être entamée à l’amiable ou de manière conflictuelle.
Le droit français prévoit 4 types de divorces :

Divorce par consentement mutuel

Le divorce par consentement mutuel est la procédure la plus simple et la plus rapide étant donné qu’elle est basée sur le consentement des deux partis.
Le divorce par consentement mutuel implique que les conjoints sont d’accord sur le principe et les conséquences du divorce, comme par exemple le partage des biens, la garde des enfants, la pension alimentaire, le sort du logement conjugal…



 

Divorce par acceptation du principe de la rupture du mariage

Le divorce par acceptation du principe de la rupture du mariage implique le consentement des conjoints sur le principe du divorce mais pas sur les conséquences. Il en revient donc au juge aux affaires familiales de statuer sur les conséquences.
 

Divorce pour faute

Le divorce pour faute repose sur la violation des obligations et des devoirs du mariage par l’un des deux conjoints. Par ailleurs, les fautes qui justifient une demande de divorce pour faute doivent être jugées graves de manière à entraver la continuation d’une vie commune. Parmi les principales fautes on peut citer, l’abandon du domicile conjugal, la violence conjugale, l’adultère…



 

Divorce pour altération définitive du lien conjugal

Ce type de divorce est adopté dans le cas où il est prouvé que le couple est séparé depuis plus de 2 ans. Cette séparation doit être prouvée par la partie qui engage la procédure de divorce.
 

Le "divorce sans juge"

La loi n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXI siècle (JO 19 nov. 2016) a introduit un divorce « sans juge ». Cette loi prévoit que le divorce par consentement mutuel est constaté par acte contresigné par l’avocat de chacun des époux, enregistré par le notaire au rang de ses minutes.

Ainsi, le divorce par consentement mutuel est déjudiciarisé : il n’est plus nécessaire de faire appel au Juge aux Affaires Familiales pour le prononcer.

Deux exceptions à ce principe : le juge aux affaires familiales intervient, désormais, dans cette procédure de divorce aux seules conditions que l’enfant mineur demande à être entendu ou que l’un des époux soit placé sous un régime de protection (article 229-2 Code civil).

En outre, alors que les époux pouvaient, par le passé, faire le choix d’un avocat commun, il est obligatoire que ces derniers soient chacun assistés de leur conseil. Ces derniers jouent le rôle d’interlocuteurs privilégiés durant la période de négociation et de rédaction de ce projet en essayant de concilier les intérêts et la volonté des deux parties.

Le divorce ne sera opposable aux tiers qu’à compter du jour où les formalités de transcription en marge des actes d’état civil seront accomplies.